J’ai rencontré Alexandre Maurin, co-fondateur de la société M². Il nous explique qu’est-ce que l’obsolescence programmée des ordinateurs et comment sa société intervient pour lutter contre ça.

SI vous avez un problème avec votre ordinateur et que vous êtes dans la région lyonnaise ou parisienne ? Contacter M² et profitez d’une remise a neuf de votre ordinateur.

1. Mon dernier podcast, j’ai présenté l’obsolescence programmée en général avec des exemples et l’historique, mais est-ce que tu peux vraiment nous expliquer, qu’est-ce que l’obsolescence programmée des ordinateurs et comment on le détecte ?
L’obsolescence programmée des ordinateurs, elle est assez spécifique par rapport à d’autres types d’obsolescence programmée. On retrouve des choses similaires, mais y a quand même quelque chose d’assez particulier, c’est que quand on s’intéresse à l’obsolescence programmée, il faut s’intéresser à qu’est-ce qui est fait pour que le produit dure le moins longtemps possible. Donc il faut s’intéresser à la chaîne de valeur du produit et quand on s’intéresse à ça dans le numérique pour un ordinateur, on va partir de la fabrication des composants électroniques jusqu’à leur livraison pour le client final. Et déjà, contrairement à ce qu’on peut penser, ce qui est un peu contre-intuitif par rapport à d’autres industries, c’est que, ce n’est pas le composant électronique qui est source d’obsolescence programmée, c’est très, très rarement le cas. Il y a toujours des cas et des exceptions… Mais la plupart du temps, ce n’est pas le cas et la principale raison c’est qu’un composant électronique est fiable de par sa fabrication. Faut savoir qu’on est sous détails extrêmement fins, on est l’ordre de la dizaine de nanomètres. On est sur des salles blanches pour leur fabrication. Donc on est vraiment sur des procédés extrêmement précis, extrêmement rigoureux et donc tout du moins, on sait très bien faire des composants très fiables, ça y’a aucun souci, on peut toujours faire des composants qui ne le sont pas, mais c’est ça reste vraiment une option. Donc en fait, il faut s’intéresser un peu plus loin dans la chaîne de valeur, à partir du moment, on va commencer à les assembler et là on peut commencer à avoir de de l’obsolescence programmée, c’est à dire qu’on va pouvoir faire en sorte que les composants mis ensemble vont fonctionner mal tout de suite ou vous fonctionnez mal dans un délai un peu plus court. Alors, qu’est-ce qui va être touché à ce niveau là ? Ça, on va parler souvent de l’alimentation et souvent de la ventilation, en sous-dimensionnant ou en agençant mal ces 2 protocoles, ces 2 systèmes là on va faire en sorte que justement les composants électroniques vont s’abîmer un peu plus rapidement. Donc, ça c’est vraiment la première brique de l’obsolescence programmée, et ça on voit avec des ventilateurs qui sont un peu plus petits, avec une alimentation qui peut être mal soudée ou avec une alimentation qui est légèrement en dessous de ce qu’il faudrait pour alimenter réellement bien tout le système électronique de l’ordinateur. On peut avoir aussi des choses un peu plus, que beaucoup de gens ont dû voir des charnières qui sont un peu fragiles, du plastique, un peu de mauvaise qualité versus du métal qu’on peut trouver sur des ordinateurs du podium. Bref, on a un peu tout le panel des choses qu’on retrouve un peu dans d’autres industries et ensuite, il y a l’autre couche qui va juste après, c’est la partie système. Un ordinateur, ça sert à rien si on met pas le système dessus, notamment le monde connaît un système d’exploitation. Donc là c’est un petit peu plus délicat. Il faut rentrer dans le détail de chaque système d’exploitation, de leur manière de faire de l’obsolescence programmée. Mais ils ont tous une certaine manière. Je vais essayer d’être assez général. Quand on prend Windows, l’obsolescence programmée principale est ce qu’on va appeler est le système de cuvette, c’est à dire que plus on va utiliser un système d’exploitation, plus il va se remplir, plus il va être ralenti, donc au bout de 2,3,4 ans, on va vraiment avoir une perte de vitesse avec exactement le même matériel,… C’est simplement parce que le système est très alourdi et il se vide pas. Il n’y a pas de vidange naturelle, donc ça va être les mises à jour qui vont se remplir, mais c’est aussi l’utilisation des logiciels qui par ce qu’on va appeler le cache d’une manière vulgaire ou les fichiers temporaires vont aussi s’alourdir en fait, ce n’est pas simplement des fichiers qui vont se mettre dans l’ordinateur qui vont l’alourdir physiquement, enfin en veux dire en termes de taille de stockage c’est ça peut être aussi des services, ça peut être aussi des programmes, ça peut être voilà il peut y avoir pas mal de choses donc qui peuvent jouer sur la sécurité, sur la taille de disque justement, mais aussi du coup bout à bout, ça alourdit le système en général, donc ça crée de la latence, Ce sont des problématiques que l’on peut rencontrer. Ensuite quand on s’intéresse à Mac, il y a toujours un petit peu ce système, ce processus de cuvette, on va dire, mais il est moins vrai ce qu’on va constater surtout, c’est des mises à jour qui vont rendre obsolètes les anciens matériels. Donc c’est un petit peu plus compliqué parce qu’il y a une inadéquation entre les nouveaux systèmes qui vont être poussés, donc ça marche aussi pour les iPhone, c’est encore plus vrai probablement pour les IPhones et les anciens matériels. ça crée de l’obsolescence programmée.

 

2. T’es cofondateur de M², peux-tu nous présenter la société, qu’est-ce qu’elle fait
exactement, quel est son objectif et quand vous l’avez créé ?
Effectivement je suis un des cofondateurs, on l’a créé à 3 en janvier 2016. On est présent à Lyon et à Paris et nous, notre objectif, c’est justement de trouver une solution sur cette obsolescence que j’ai décryptée un peu comme on l’a compris multifactoriel, il y a beaucoup de choses, donc l’objectif, c’était de trouver une solution pour ça. Notre objectif, c’est vraiment proposer une informatique durable, contrairement à ce qu’on peut trouver aujourd’hui sur le marché avec cette informatique qui a une obsolescence quand même assez rapide. On parle de 4 ans et demi pour la durée de vie d’un ordinateur en moyenne, chez les professionnels on voit même des durées beaucoup plus courtes de plus de 2 ou 3 ans. On est sur des délais rapides et c’est vrai que créer M², c’est pour nous, un objectif dans le développement durable, on essaye de répondre à une problématique écologique. Je pense que c’est largement documenté et même récemment par les médias, il y a une problématique écologique et c’est aussi un enjeu pour nous économique, c’est-à-dire qu’ on trouve contre cette obsolescence programmée aussi un nouveau modèle économique, parce que c’est aussi l’objectif d’une société, c’est quand même de pouvoir gagner de l’argent, payer les salaires, créer de la valeur. Donc, c’est aussi un de nos enjeux, c’est pour ça qu’on l’a créé et j’y tiens vraiment personnellement. Et le 3e enjeu, il est aussi social et ça ne concerne pas forcément les auditeurs, mais on a aussi un objectif de créer une organisation M², qui soit sociale dans son organisation et qui soit, on va dire équilibré où chacun peut prendre sa place. C’est aussi important pour nous, en tout cas, on essaie vraiment de prendre à cœur les 3 piliers du développement durable, et d’y répondre parce que je pense que c’est une manière de répondre concrètement au problème.

 

3. Vous êtes 3 fondateurs, quels sont vos parcours pour arriver à créer cette
société ?

Complètement différent, c’est ça qui est aussi intéressant, je pense. M², c’est la somme de plein d’expertises, de vision différente de manière de voir l’informatique et c’est dans cette diversité qu’on trouve de la richesse et qu’on peut faire les choses bien parce que vous l’avez compris, l’obsolescence programmée est partout, enfin présente dans pas mal de choses donc, il faut qu’on prenne la chose, le problème dans une globalité, c’est comme un système en fait, et donc il faut répondre de manière systémique donc je pense que c’est important. Et pour répondre plus concrètement à la question. Moi, j’ai un profil ingénieur, des 3, j’ai le profil le plus classique contre le plus attendu parce qu’on nous pose souvent la question, est-ce que vous êtes ingénieur ? Je suis le seul dans la boîte et tant mieux. Mes 2 autres associés sont d’anciens militaires, un ancien militaire de l’armée de terre et un ancien militaire de l’armée de l’air, celui de l’armée de l’air, a travaillé beaucoup dans la sécurité informatique, travailler aussi beaucoup dans le hardware, donc une énorme connaissance sur ces 2 sujets là et ça c’est indispensable. Il m’a appris énormément de choses sur ce sujet là. Et le 3e a un parcours qui est un peu plus éloigné de l’informatique, et ce n’est pas plus mal parce que ça nous permet d’avoir un regard beaucoup plus proche avec nos clients, c’est à dire d’avoir une vraie compréhension de problème et d’ailleurs, c’est lui qui veut faire de l’avance sur ça et bon, il a été commando parachutiste, donc beaucoup de missions à l’étranger durant ces longues années de service.

 

4. Ça a été créé quand M² et raconte moi un petit peu les débuts de M² ?
Le 22 janvier 2016, pour être totalement précis, vers midi si vous voulez être encore plus précis. Donc ça va faire 4 ans que la société existe, on a fêté nos 4 ans la semaine dernière. Les débuts de M², c’était, je pense qu’on s’imagine toujours, en tout cas il y a ce mythe des 3 informaticiens ou des fondateurs de geek passionné dans le garage, c’est un peu ça. On était dans un petit appartement à Lyon et on faisait ça, encore avant ça on a vraiment fait ça pour nos amis en fait, ce qu’on s’est rendu compte de la problématique de l’obsolescence programmée par le discours des gens qui disaient leurs ordinateurs ne fonctionnent pas, je vais changer, je me suis fait arnaquer, je viens de l’acheter, mais il est encore lent, la garantie vient d’expirer et mon ordinateur, comme par hasard tombe en panne, ça fait une semaine. Enfin voilà tous les discours qu’on peut entendre parce que c’est la réalité quand même des gens et on s’est dit à ce moment-là, on va peut être faire quelque chose et on a commencé à récupérer ces ordinateurs là, à les bidouiller, parce qu’au début, c’est comme ça qu’on apprend, on bidouille. Ça a duré longtemps cette bidouille, on a tous commencé l’informatique séparément avant de se rencontrer. Voilà, on a tous monté nos premiers ordinateurs quand on était ado, même avant. On l’a fait pour les grands-parents, pour les voisins… donc voilà, quand on s’est rencontré, on avait déjà cette expérience là et on a essayé de commencer à construire quelque chose autour de ça, autour de l’obsolescence programmée parce que ça nous semblait être vraiment le point névralgique, le point problématique du numérique en ce moment, avec tous les problèmes, notamment écologiques, je pense que c’est ça et c’est assez. C’est comme ça que ça s’est créé, c’est vraiment par un besoin de l’entourage et après du bouche-à-oreille, puis on a commencé à faire un salon et on a eu un écho énorme alors qu’on n’avait vraiment pas grand-chose. On était que 3, on avait une vision et on avait un produit vraiment qui s’appelle la remise à neuf de l’ordinateur qui se veut systémique, mais voilà, on est parti de pas grand-chose, comme beaucoup d’entreprises et ça a démarré comme ça, tout simplement. Puis après dans un appartement, puis dans une maison, puis ça grandit et ça fait plaisir.

 

5. Et à partir de là, vous avez commencé à créer vos services et vos offres ?

On a commencé avec une offre, ce qu’on a appelé le first tech, on a mis un nom là-dessus parce qu’il y a une vraie expertise notamment sur toute la partie système d’exploitation et logiciels dessus et on appelle first tech, c’est la remise à neuf complète de l’ordinateur, du hardware jusqu’au Software et en passant par l’usage de la machine. Donc, comment faire en sorte que la personne qui a cet ordinateur entre les mains puisse mieux l’utiliser dans l’objectif aussi que c’est- à -dire le plus longtemps possible. Du coup, il y a une offre plus particulière que je viens de décrire rapidement et une autre pour les professionnels qui est encore plus complète parce qu’en fait on s’est rendu compte que les professionnels, ils avaient une problématique du poste qui peut être lente, obsolète, enfin dysfonctionnelle de manière générale. Mais qu’en fait cette problématique d’usage peuvent ne pas venir de la machine, peuvent venir de son environnement. Internet qui est lent, un Wifi qui est dysfonctionnel, des serveurs parce qu’il y a souvent des logiciels métiers ou autres, des applicatifs en tout cas. Donc voilà, il faut que l’environnement autour qu’on appelle le réseau, tout simplement soit optimum et donc il a fallu qu’on s’attaque aussi à ce problème là, pour les professionnels et qu’on soit on va dire leur interlocuteur principal pour leur numérique au sens large, pour leur digital et donc c'est exactement ça qu’on fait. Donc on l’a appelé la gestion durable de parc informatique, parce qu’on gère durablement les postes clients, les périphériques réseau, le wifi, le serveur, le switch, les matériels réseau au sens large et on fait en sorte que tout ça fonctionne bien en harmonie comme un seul système et que si jamais il y a une problématique, une question on puisse intervenir le plus rapidement possible.

 

6. Donc à quel moment je dois venir faire une remise à neuf de mon ordinateur ?
Tout à l’heure tu disais que c’était 4 ans au moment où on changeait d’ordinateur. C’est la moyenne aujourd’hui, je crois que c’est 4 ans et quelques mois, c’est assez peu parce qu’au final, il y a quelques années, j’avais mon père qui avait gardé un ordinateur qui avait 10-15 ans un ordinateur. Il faut savoir qu’en 30 ans, la durée de vie d’un ordinateur a été divisée par 3 en moyenne. Il y a quand même un processus et on le voit en fait, parce que maintenant on est des experts de ce sujet là, à force d’ouvrir des ordinateurs, on en a ouvert des milliers, donc on voit bien. En fait, c’est un petit à porter, mais avant ce qui se faisait dans les ordinateurs, c’est que les composants électroniques étaient soudés à la verticale sur les cartes mères, c’est- à -dire qu’au lieu d’être couché sur les cartes mères, ils sont mis à la verticale. Et c’est bien de les mettre à la verticale parce que du coup, le composant électronique a beaucoup plus de place et je parlais des problématiques avant de ventilation de l’alimentation, donc là typiquement juste sur la ventilation, ça permet d’éviter la chauffe et donc ça fait quand même un système global qui est plus durable. Voilà on voit que les composants sont plus solides, on sent qu’il y’a quand même une fabrication des choix de composants qui étaient beaucoup mieux, c’était bien l’assemblage par un petit peu plus épais parce qu’on ne savait pas faire autrement. Maintenant, on sait faire autrement, mais le savoir-faire autrement, le plus fin, on fait beaucoup de concessions… Mais en faites, ces concessions là, elles sont dans pas mal de cas, au détriment de la durabilité de l’ordinateur c’est une réalité.

 

7. Tu parlais de la qualité des ordinateurs que maintenant ils coûtent de moins en
moins cher au final.
Quand je parle d’obsolescence programmée, je parle souvent du prix, alors le prix n’est pas quand on achète un ordinateur neuf au final. Le prix n’est pas de l’obsolescence programmée en tant que telle pour dire, ça n’a pas vrai de dire ça, par contre, ça favorise, y a une espèce de cercle vicieux, c’est-à-dire que l’industriel va fabriquer, assembler, va choisir des composants, donc des assembleurs, choisir des composants qui ne vont pas forcément très bien ensemble… Plutôt à bas coût, l’idée c’est ça donc, le prix va être assez bas et donc les consommateurs vont se ruer, c’est l’idée générale du système qui est un petit peu obsolète en ce moment parce qu’on le sait maintenant et donc ils vont se ruer vers ces produits qui sont plutôt bas de gamme, mais on est plutôt sur des produits jetables et ça, c’est vrai dans toutes les industries, moins ça va être cher, il y a de fortes chances tout cas au niveau statistique que ça dure. Donc nous, c’est clair que notre entrée de gamme chez M² parce qu’on propose des ordinateurs neufs qu’on a sélectionnés et qu’on assemble nous- mêmes il n’est pas en dessous de 700€. C’est un choix parce qu’en dessous de 700€ on doit faire des concessions qu’on a pas envie de faire, parce qu’on veut faire du durable, on veut faire des ordinateurs qui durent au moins 5 ans, c’est le minimum vital, donc pour ça il faut quand même choisir des pièces qui soient bien dimensionnées pour l’usage. Si un auditeur veut acheter un ordinateur neuf, il faut minimum mettre 700€ dedans au moins, je conseille toujours 600-700€. Les prix ont un petit peu augmenté. Donc après, ils durent et possible d’être réparés chez vous ? Alors exactement, l’objectif, c’est qu’il dure, qu’on peut avoir un investissement dans une machine qui va s’inscrire dans le temps et que quand on a envie de faire une réparation ou un changement matériel dessus ou pour faire en sorte qu’il aille plus vite ou que ce soit aussi intéressant et chacun va se retrouver dans ce système là qui me semble plus sain que d’acheter, de jeter et d’acheter de nouveau et de rejeter.

 

8. Mon ordinateur a un problème. Quels sont les symptômes qui doivent m’alerter pour me dire qu’il faut que j’appelle M², pour faire une remise à neuf de mon ordinateur, à quel moment ?
Un des symptômes les plus évidents, c’est la vitesse de démarrage. Quand on parle de vitesse de démarrage, c’est j’appuie sur le bouton à partir de quand je peux par exemple aller sur mon navigateur web, c’est pas simplement quand est-ce que je vois la fenêtre de Windows ou de Mac. C’est quand est-ce que je peux être sur mon site préféré. C’est vraiment le processus complet de, j’allume mon ordinateur et je peux commencer à m’en servir. Et donc nous, quand un ordinateur sort de chez nous, c’est moins 30 secondes, normalement une vingtaine de secondes. Donc tout ce processus là, ça va être plus rapide si les ordinateurs sont plus haut gamme, mais voilà, c’est sur de la bureautique, c’est ce qu’on attend aujourd’hui, donc c’est quand même très rapide et c’est vrai que quand ça dépasse une ou 2 min faut commencer à s’inquiéter. En fait la bonne réponse à cette question, c’est à partir du moment, on a envie d’en changer parce qu’il y a des gens qui peuvent s’habituer enfin qui n’ont pas forcément besoin énormément de rapidité. Enfin, nous, on est quand même assez exigeant sur la réalité parce qu’on veut que ça dure. On a cette projection là dans le temps en se disant si c’est comme ça, en sortant de chez nous dans 3 ans, ce sera peut-être 40, 50 secondes, mais c’est bon, ça va, ça se tient. Mais donc, disons que la vraie bonne réponse c’est quand est-ce que j’ai vraiment envie d’en changer ? Parce que l’usage que j’ai de mon ordinateur me convient plus. Ça, c’est un problème, ça reste un outil, donc si on peut plus vraiment s’en servir comme on aimerait s’en servir, il faut se poser les bonnes questions, c’est quand même d’avoir un outil qui fonctionne. Après, j’insiste quand même sur ce temps de démarrage là, parce que si le temps de démarrage est vraiment très long et qu’on commence à s’y habituer, en fait ce qu’on constate globalement, on est toujours le même discours, ça fait un an qu’il est très lent, mais j’ai fini par m’habituer, je prends ma douche, mon café, mon petit-déj et après ça finit par je ne l’éteins plus donc ça devient bon voilà c’est vraiment pas attendre ces extrêmes là. Le problème depuis trop longtemps, c’est que potentiellement, nous, on arrive avec des machines qui sont très abîmées. Par exemple, le disque dur peut vraiment être fatigué, je parle souvent du disque dur parce que le disque dur c’est un des rares composants, je ne suis pas rentré dans les détails avant, mais le disque dur vraiment du disque dur mécanique il est obsolescent par nature, c’est-à-dire que c’est un produit qui va avoir une durée de vie d’environ 4-5 ans. C’est comme ça, c’est à dire ce n’est pas une volonté de la fabrication, c’est vraiment cette technologie là et cette obsolescence là. Donc nous on met plus parce qu’on veut aller au-delà, on met des disques électroniques, les disques durs mécaniques sont uniquement pour du stockage. Mais par exemple, si on a ces lenteurs là, qui s’aggravent avec le temps, c’est souvent qu’on a un disque dur mécanique, parce que c’est un disque qui s’use, donc il va être de plus en plus lent et le problème, c’est que ces disques durs contiennent des données personnelles et on a eu quelques cas où les gens ont trop attendu, donc on est vraiment des lenteurs par exemple des démarrages en 5-6 min, vraiment des choses très longues. On a même eu des records à 24h réellement pour s’allumer, donc ça peut être démentiel, ça peut vraiment être très important et après les gens ne l’éteignent plus… Mais en fait c’est grave parce que l’ordinateur est tout le temps en usage, donc n’importe quel système qui n’est pas prévu pour être à H24 allumé, va aussi s’user plus rapidement donc, on conseille plutôt de l’éteindre en plus ça peut régler des problèmes d’usage du système. Si on attend trop, et ça nous est arrivé d’être dans des cas où on ne puisse pas récupérer ces données personnelles et c’est quand même dommage parce qu’il peut y avoir des années de vie sur l’ordinateur sans sauvegarde. Et c’est des gens qui ont attendu donc, on peut attendre, y a pas de souci, mais il ne faut pas trop attendre, à un moment il faut y aller.

 

9. Quel tarif dois-je m’attendre pour la remise à neuf de mon ordinateur ?
Le but c’est d’être, on s’est donné un maximum d’être au tiers du prix de la machine. On peut tolérer d’être un peu plus au-delà parce que des fois y a des pièces, vraiment à changer qui sont, qui peuvent être chers donc, c’est difficile de répondre à cette question parce qu’il y a les pièces à changer ou à améliorer ou à ajouter qui inculque le prix évidemment, mais en moyenne on est aux alentours de 200,00€ pour pour avoir une remise à neuf complète de l’ordinateur au niveau matériel, au niveau logiciel, avec une garantie derrière donc moins 3 ans.

 

10. Comment intervenez- vous vraiment dessus sur la machine ?
On fait tout ça, c’est notre grande spécificité, donc on va d’abord écouter la personne qui va nous expliquer ces problématiques, tout simplement pourquoi il vient, c’est qu’il y a un problème même si on est sympa donc on les écoute. Il faut bien comprendre leur problématique parce que derrière ça on va comprendre comment ils utilisent leur ordinateur et ça nous donne plein d’informations. Ça va nous donner des informations sur ce qu’ils peuvent éventuellement faire plus tard, donc mieux les orienter sur la remise à neuf quand on va ajuster la prestation, ça nous donne des indications aussi sures s’il y a des mauvaises habitudes sur l’ordinateur donc par exemple je n’éteins jamais mon ordinateur donc ça on peut le savoir… Donc ça donne plein d’informations qui vont nous aider dans la prestation. Ensuite, on va s’attaquer à la partie matérielle. Donc faire les changements, les réparations, les modifications, les ajouts, voilà tout ce qu’il faut faire sur la machine pour que l’architecture matérielle soit homogène et que l’ordinateur soit parfaitement fonctionnel de ce niveau là et ensuite on va s’attaquer à la remise à neuf logiciel donc des drivers donc la couche électronique jusqu’au petit logiciel utilisé parce que c’est important que c’est un système donc il ne faut pas qu’on laisse de choses au hasard. Si on laisse des choses au hasard, c’est ce qui peut créer les problématiques plus tard, et on le voit en fait sur nos systèmes ordinateurs qui sont passés chez nous, ça ne bouge pas, c’est des systèmes qui bougent très peu, ils bougent à la marge parce qu’on peut évidemment y a un comme un usage derrière, mais on voit vraiment qu’il y a une stabilité dans le système qui est assez impressionnant d’ailleurs et qui nous a un peu bluffé au départ et qui nous a permis de renforcer ça, c’est que le système ne bouge pas, il va s’inscrire dans le temps beaucoup plus facilement qu’un ordinateur qui a déjà beaucoup de problématiques dès la conception, donc ça, c’est très important et ensuite on va passer du temps avec notre client pour lui expliquer comment utiliser la machine. Nous, on a eu son discours avant donc déjà on a un peu briefé en général, c’est des gens qui forcément ne s’y connaissent pas forcément énormément d’informatiques, mais vu qu’on a eu la machine sous les yeux, on sait parfaitement ce qui se passe dessus. On voit s’il y a des logiciels qui ne sont pas désirables et malveillants même et ça va nous permettre d’avoir un discours qui soit vraiment adapté et qui permet à la personne de repartir avec un ordinateur qui lui ressemble, qui puisse utiliser correctement au moins 3 ans. Il y a quand même une formation de sensibilisation aussi à l’informatique pour expliquer parfois si c’est nécessaire, problématique autour de la sécurité autour de la protection des données personnelles sur Internet. Enfin, voilà des sujets annexes, on va dire à l’obsolescence programmée, mais qui ne sont pas du tout si éloignés que ça, qui sont même pour nous en fait lier. C’est comme si on mettait quelqu’un qui n’a pas le permis dans une Ferrari, il y a peu de chances qu’elle dure longtemps. J’aime bien cette analogie avec cette voiture parce que si on ne sait pas se servir de son outil, il y a des chances que ça se passe bien, mais ce n’est pas la majorité des cas.

 

11. Tu disais que l’ordinateur s’abîme plus rapidement quand on fait du montage vidéo ou de développement ?
Ce n’est pas qui s’abîme plus rapidement, c’est que c’est des usages spécifiques et généralement sur des usagés spécifiques c’est plus difficile. Enfin c’est logique en fait parce que ça demande beaucoup plus de ressources à la machine donc, c’est plus difficile d’avoir une machine ancienne pour cet usage là. Disons que l’usage est en restons toujours au top, on va mettre à jour les logiciels, ils vont être de plus en plus gourmands donc la machine va vite devenir enfin plus vite en tout cas, devenir obsolète par rapport à l’usage parce que nous, on, c’est vraiment extrêmement important de comprendre qu’y a une adéquation, toujours entre l’utilisateur et la machine. Ça reste un outil, mais comme je disais, même si on doit changer par exemple, on a des youtubeurs, des gens qui font vraiment du game pousser ou autre dans nos clients, donc c’est des PC on va changer des composants tous les 2 ans donc c’est très fréquent. Mais en fait ce n’est pas grave parce que c’est tout ce qu’on a récupéré ou même si on change l’intégralité de la machine, on peut la récupérer et la mettre pour un autre usage parce qu’un gamer ne va pas du tout avoir le même besoin que quelqu’un qui va faire du montage son par exemple ou du développeur. Et puis ensuite après on va pouvoir le mettre pour de la bureautique et peut-être même pour d’autres usages des gens qui apprennent informatique donc nous, on n’a pas de problématique par rapport à ça, tant que l’ordinateur continue de tourner et d’avoir une 2e ou 3e vie pas de soucis. Je n’avais pas pensé à ça, mais c’est vrai, quand moi personnellement, je cherche mon ordinateur au final, je cherche un ordinateur qui peut supporter mes logiciels parce que c’est logique, c’est exactement ce qu’on veut. Personnellement, je ne fais pas forcément de la bureautique, du coup on va donc être dans un usage professionnel un peut pousser évidemment, là on va utiliser des ordinateurs plus haut de gamme, après ça dépend des usages, mais nous, on va plutôt s’orienter vers des ordinateurs de type gamer parce que c’est des ordinateurs les mieux conçus du marché aujourd’hui, tout simplement en termes de durabilité en termes de fiabilité, donc on va aller plutôt conseiller ce type d’ordinateur là. Et on sait que ces ordinateurs vont durer très longtemps. La batterie on n’a pas parlé parce que c’est un point très très sensible, mais j’ai parlé des disques durs où c’était un composant qui avait l’obsolescence. La batterie est un autre, on va dire c’est vraiment les 2 composants, les 2 seuls de l’ordinateur qui ont réellement de l’obsolescence en eux. On ne peut pas y faire grand-chose, on peut toujours améliorer la durée d’une batterie, faire que l’ordinateur consomme moins, optimisé donc ça on le fait. D’ailleurs, quand on le fait sur une batterie qui dure plus que 30 min, ça ne va pas avoir un énorme impact. Après, c’est vraiment les 2 seuls composants qui ont une durée de vie assez courte et aujourd’hui la technologie nous limite par rapport à ça, mais ça va venir car ça commence à émerger des solutions qui ne sont pas encore sorties dans le marché.

 

12. D’où vient le nom de la société M² ?
M² est un nom original, c’est le moins qu’on puisse dire, mais quand on regarde le logo, j’invite les auditeurs à aller voir notre logo donc c’est un “M” avec un petit 2 au-dessus en haut à droite comme une puissance. Et en fait, ça symbolise 2 personnes qui se tiennent la main, le 2 étant la tête de la personne de droite, détails pour les auditeurs et notre idée derrière ça, était de se dire qu’on voulait remettre l’informatique au service de l’homme. C’est vraiment l’accompagnement autour de l’informatique qu’on voulait remettre au goût du jour, en tout cas dans l’ADN de notre société, parce qu’on a beaucoup parlé de l’obsolescence programmée, mais nous, nos 2 valeurs, c’est la durabilité donc dans la partie écologique, mais aussi l’accessibilité, on a moins parler aujourd’hui parce que c’était moins le sujet, mais c’est indispensable de réconcilier l’utilisateur et son informatique en gros, l’homme et sa machine, ça fait partie de notre ADN tout simplement parce que c’est un outil du quotidien, tout le monde l’utilise, y en a partout, il y a des enjeux sociétaux énormes qui me dépassent aussi. Je ne suis pas forcément spécialiste, mais déjà, si on peut avoir un rapport avec sa machine qui est beaucoup plus sain et compréhensif des problématiques, je pense qu’on est un meilleur citoyen et c’est venu comme ça.

 

13. Pour finir une petite actu positive sur l’obsolescence programmée
Il y en a plusieurs, déjà Apple a été condamné, ils ont pas été condamnés spécifiquement sur l’obsolescence programmée, mais c’est complètement une problématique. C’était lié à des mises à jour qui ont rendu obsolètes des machines, donc c’est exactement ce que je décrivais en fait. Je l’ai dit pendant longtemps, donc c’est assez marrant cette histoire finalement me donne raison, donc tant mieux pour moi de la chance, mais en gros, l’idée c’était de constater que Apple rendait obsolète son matériel par ses propres systèmes d’exploitation, c’est-à-dire que je sors un matériel, je sais pas en 2010, je sors un système d’exploitation 2013 qui rend obsolète, donc obsolète, ça veut dire quoi ? Ma batterie est divisée par 2, la durée de vie de la batterie et du jour au lendemain, mon téléphone démarre plus mal, une lenteur excessive, c’est-à-dire que mon démarrage est 2 fois plus lent… Il y a vraiment des dysfonctionnements majeurs avec juste une mise à jour. En sachant que c’est eux quand même qui assemblent leurs machines et que c’est eux qui fabriquent leur système d’exploitation, c’était difficile d’un point de vue intellectuel de se dire qu’ils ne le savent pas ou qu’ils n’ont pas fait exprès, sachant qu’il pèse je ne sais pas les chiffres exacts, mais c’est au alentour de 800 milliards. Bon ils ont des sous donc, ils pouvaient faire attention à ça c’est possible donc ils ont été condamnés pour ça et pour le coup c’est une nouvelle parce que ça veut dire que bon peu importe s’il le font exprès ou pas c’est pas le sujet, mais en tout cas ça donne un message et si à l’avenir, ils pouvaient faire attention à ça, ce serait parfait.