8 min de lecture

Nous ne pouvons pas passer une journée sans utiliser ces métaux rares

Mais d’où vient ce nouveau pétrole ?

Guillaume Pitron a écrit un livre, La guerre des métaux, je  vous présente ses recherches sur le sujet qui font réfléchir.

Dans le monde, des projets d’extraction se multiplient © 54115341

Quelles sont les matières minérales qui font partie des terres rares ?

Les terres rares regroupent 17 métaux : le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium)

À quoi servent les terres rares ?

Ces métaux sont devenus indispensables car ils sont utilisés dans des fabrications de haute technologie. On retrouve ainsi des terres rares dans les batteries de voitures électriques et hybrides, dans les LED, les puces de smartphone, les écrans d’ordinateurs portables, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes… L’industrie de la défense a elle aussi recourt aux terres rares dans la fabrication de capteurs de radars et sonars ou de systèmes d’armes et de ciblage.

 

 

Tout commence en Chine, 1er producteur des terres rares

Dans certaines régions qui extraient se sont des collines coupées en 2, la mafia fond des trafics. Puis dans le village qui fait le raffinage, ce sont des lacs toxiques avec des tonnes de métaux lourds pour la raffiner ces métaux. Les villages proches de ses lacs sont appelés « les villages du cancer »

En Mongolie intérieure, la radioactivité mesurée dans les villages près de la mine de Baotou serait 32 fois supérieure à la normale (contre 14 fois à Tchernobyl).

C’est un enfer environnemental, c’est sale, toxique et ça créer des problèmes environnementaux

La chine est un des 1ers pays extracteur de ces terres rares, ils ont détruit leur environnement pour fournir le reste du monde en métaux rares.

 

Quel est l’impact de l’exploitation des terres rares sur l’environnement ?

Lors de l’extraction et du raffinage des terres rares, des éléments toxiques sont rejetés dans l’environnement : des métaux lourds, de l’acide sulfurique, et même de l’uranium. En 1998, les États-Unis sont contraints de fermer la mine à ciel ouvert de Mountain Pass, en Californie, après que des milliers de litres d’eau radioactive aient été accidentellement déversés dans la nature.

Toujours dans les année 90 en France, à La Rochelle, l’entreprise Rhône Poulenc  purifiait 50% des terres rares de la planète. Mais ils se sont trouvait dans les mêmes problématiques que les mines d’extraction aux états unies, dans problématique de pollution. Quand on extrait les terres rares, on doit sépare le thorium et l’uranium et ça génère de la radioactivité. Et les Rochelais ne supportaient pas cette situation, ça a créé des troubles sociaux.  Les couts de la purification de ces métaux commençaient à exploser, ce n’est plus rentable en France, donc Rhône-Poulenc a décidé de délocaliser ses activités en Chine.

Quels sont les grands pays producteurs de terres rares ?

A causé de l’impact environnement, de nombreux pays ont fermé leurs exploitations de terres rares. Aujourd’hui, c’est la Chine qui assure l’essentiel de la production mondiale, ce qui donne à Pékin un quasi-monopole. À cette époque, la chine décide de tout miser sur l’industrie, et vu qu’ils ont plein de gisement de terres rares et de métaux rare ils pourront fournir des terres rares peu chère et abondante. Il décide de privilégier leur développement économique par rapport à leur environnement.

Depuis cette époque nous nous sommes séparés de l’extraction et du raffinage des terres rare en occidents. Mais face à la flambée des prix des terres rares, de grands pays miniers souhaitent une diversification des sources d’approvisionnement : les États-Unis ont ainsi décidé en 2013 de réactiver la mine de Mountain Pass, le Canada, l’Australie et l’Afrique du Sud multiplient les projets d’extraction et de prospection, y compris dans les fonds marins du Pacifique.

L’énergie verte et la technologie verte ne peuvent exister sans ces métaux qui détruisent l’environnement lors de leur extraction et du raffinage.

Nous avons délocalisé notre pollution.

Nous avons laissé c’est pays salir leurs environnements pour que nous puisions les racheter purs et propres et les mettre dans les technologies vertes et nous glorifier de notre conversion écologique…

Voilà la réalité  de notre monde. Notre planète est divisée en 2, ceux qui sont sales et ce qui font semblant d’être propre…

Les extractions en République démocratique du Congo

@congofrance.com

La Chine exploite les mines de Cobalt de la République démocratique du Congo.  La RDC  extrait 60% du Cobalt mondiale.

J’ai interview David, Président de l’association Génération Lumière qui nous parle de la problématique environnement politique et sociétale en RDC que posent ces mines de cobalt.

 

  1. Tu es originaire du Congo, peux-tu nous parler de ton histoire et pourquoi tu as créé l’association Génération Lumière ?
  2. Qu’elle est le but de l’association ?
  3. Le Congo est le 2e pays qui extrait le plus métaux rares ? Quels sont-ils ? et à quoi sert-il ?
  4. On entend souvent qu’il a eu « 6 millions de morts au Congo en 20 ans » ? Pourquoi ? Quelles en sont les causes ? Peux-tu nous retracer l’histoire du Congo pour que l’on puisse comprendre ?
  5. Quelles sont les conditions d’extractions de ses métaux rares ?
  6. Quel est le rôle des Chinois ?
  7. Qu’elles sont les dérives qui peuvent en découler ? La crainte de l’association ?
  8. La RDC fait partie des pays les plus pauvres, pourquoi tant de pauvreté hors le sol regorge de minerai indispensable pour les années avenir ?
  9. Je suppose qu’il a de gros problèmes de santé, quelles sont les répercussions sanitaires de ses extractions ?
  10. Avec les guerres, quelles sont les répercussions dans la société ?
  11. Les extractions posent-elles des problèmes environnementaux ?
  12. Donc si nous résumons, qu’elle serait la solution pour que ce trafic diminue ?

 

 

Le problème c’est que notre consommation en technologie et énergie verte est exponentielle.

Le pays en voie de développement veulent vivre comme les occidentaux, veulent avoir la même technologie dans leur poche, et on ne peut pas leur en vouloir c’est normal. Actuelle 50% de la population mondiale est équipe d’appareil électronique, mais a-t-on penser quand 100% de la population mondiale sera équipé quand on sera 8 milliards avec minimum 1 objet connecté ?

Un scientifique à calculer nos besoins en métaux rares pour les 30 prochaines années et les chiffres sont édifiants.

Si on continue à ce rythme  dans 30 ans, on aura extrait autant de métaux que depuis le début ou l’on extrait soit des 70 000 ans passés.

On peut se poser la question de la pénurie de ses métaux.

Notre monde est en pleine transition en pleine renaissance, mais comment faire s’il nous manque les matières premières au début de notre renaissance ?

Mais alors que faire ? Il faudrait que l’on médite sur cette phrase d’Einstein qui nous disait.

«  On ne règle pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré »

 

Or actuellement on essaie de régler un problème avec les mêmes modes de pensée qui l’ont engendré.

Nous pensons cette transition de façon purement technologique, mais nous ne la pensons pas de façon plus culturelle, plus personnelle.

Nous avons une problématique, nous voulons faire des sauts technologiques sans un saut de conscience.

Nuos voulons faire des progrès techniques sans nécessairement penser à des progrès humains.

Et une façon d’appliquer cette maxime c’est peut-être de regarder concrètement ce qu’on peut faire pour rationaliser la matière. Dans les idées, nous avons

 

  • Recycler tous les métaux rares. Nous recyclons moins de 1% des métaux rares aujourd’hui puisque ce n’est pas assez rentable. Nous avons la technologie, mais nous ne voulons pas.
  • Nous pourrions substituer certains métaux par d’autres, moins énergivores.
  • Il faudrait éco concevoir toutes les technologies de façon à pouvoir les recycler plus facilement après.
  • Lutter contre l’obsolescence programmée des produits comme j’en ai parlé lors des dernières émissions avec M2 par exemple.
  • Il existe des entreprises qui recycle ces déchets électroniques ce sont des exemples très concrets de projet qui peuvent être faits sans nécessairement devoir remettre en cause nos modèles de croissance

Mais rien ne remplacera cette citation :

 «  La meilleure énergie, c’est celle que nous ne consommons pas. »